Méthode de conduite de projets web : pratiques collaboratives et co-création

Méthode de conduite de projets web : pratiques collaboratives et co-création

La conduite de projet web peut être fastidieuse si celle-ci est mal balisée en amont de la réalisation du projet. Au-delà d’une roadmap et de la réalisation de livrables, la conduite de projet web est avant tout une aventure humaine, un partenariat courant sur plusieurs mois. Et comme dans toute relation, il faut des règles. On vous explique notre vision de la conduite de projet web et vous livre au passage quelques secrets…

C’est quoi la conduite de projet web ? Une réponse à des besoins

La conduite de projet web, c’est le processus qui consiste à la réalisation d’un projet web. La définition peut paraître bateau voire sommaire mais elle a du sens. Elle a du sens parce qu’elle permet de comprendre comment se pense, se construit et se lance un projet. En fonction des agences et des cultures d’entreprise, la vision de la conduite de projet peut varier mais ces visions se rejoignent toutes sur deux points : un projet web a un début et une fin et il y a une méthode de travail qui permet de cadrer et de jalonner le projet.

Un projet digital : comment ça se passe ?

Comme dans une relation classique : on se rencontre, on apprendre à se connaître, on se pose des questions, on propose, on conseille ou on s’interroge. Et que ce soit côté client ou côté agence, il y a des moments de doute, parfois de panique, comme des moments d’euphorie. Mais un projet web ne se limite pas qu’à cela, évidemment. Il y a aussi des réunions, des points de validation, des milestones, des phases de test et des livrables. Un projet web c’est aussi et surtout un projet technique qui remplit des objectifs stratégiques et marketing, et qui nécessite de faire des choix. Enfin, un projet web, c’est surtout une méthodologie d’action testée, adoptée, itérée et à chaque fois réadaptée afin qu’elle soit toujours la plus efficace possible.

Pratiques collaboratives et relation client : co-construire un projet

Nous partons du postulat qu’il est logique de présenter dès la réunion kick-off la manière dont les choses vont se passer, ainsi que notre vision de la conduite de projet. Lorsque qu’un prospect contacte une agence, il le fait parce qu’il adhère à un discours, à une image et évidemment parce qu’il présuppose que l’agence est en mesure de pouvoir remplir la mission qui lui sera confiée. La clé de la réussite d’un projet web, c’est la collaboration, la co-construction. La création d’un projet digital, c’est réussir à créer des synergies, à communiquer et surtout à partager des connaissances. Des deux côtés, un projet web est avant tout une aventure humaine qui fait grandir les deux parties. C’est là un aspect important que l’on tend souvent à oublier, par manque de temps, parfois par manque de volonté.

Un workflow efficace à améliorer constamment

Un projet web est composé généralement de 6 grandes étapes :

  • Cadrage
  • Conception
  • Production
  • Recettage
  • Livraison
  • Maintenance

Ces 6 grandes étapes constituent le pilier de la construction d’un site web ou d’une application mobile. Ces grandes étapes sont le plus souvent de durées différentes. Les cycles du projet varient en fonction de la nature du projet et des besoins exprimés pendant le projet. Voyons dans le détail ces différentes étapes qui constituent le projet.

Le cadrage

La phase de cadrage, aussi appelée « kick-off », consiste à lancer de manière effective du projet. Après la fin des aspects administratifs du projet, le projet se lance enfin. La phase de cadrage n’est pas une étape qui se réalise en une fois, elle peut — toujours en fonction de la nature du projet — s’étaler sur plusieurs jours voire plusieurs semaines. Généralement, cette phase de cadrage permet de mettre à plat le projet, de réfléchir aux grands axes de travail et de s’assurer que tout est bien compris d’un côté comme de l’autre. C’est en effet l’occasion pour l’agence d’expliquer sa manière de procéder et de rassurer le client. Pour le client, c’est un moyen très efficace pour réexpliquer les tenants et aboutissants de son projet. C’est également au cours de cette phase que s’établissent les premiers livrables (CDC voire dossier de spécifications fonctionnelles).

Conception

C’est l’une des phases les plus passionnantes d’un projet, et c’est aussi l’une des plus importantes en termes de décisions à prendre. Au cours de cette phase, on réalise les parcours utilisateurs, on réfléchit également aux profils utilisateurs et c’est là qu’on essaye de créer une expérience utilisateur enrichie et optimisée en fonction des besoins identifiés pour les cibles du projet/produit. Quand on mentionne l’UX Design, c’est de méthode de conception ergonomique dont nous parlons. On réalise ce qu’on appelle les « mockups » avec des outils comme Moqups (notre chouchou !) ou encore Axure. C’est à ce moment qu’on imagine les interfaces utilisateur en front-office et en back-office, et qu’elles prennent vie. Au cours de la phase de conception, on réalise également les maquettes graphiques et on s’oriente déjà sur le choix de la technologie à adopter (CMS, Frameworks, natif…). Autant de questions qui déterminent aussi les phases à venir.

Production

La phase de production est la phase d’intégration statique et de développement dynamique des fonctionnalités. Cette phase est la phase la plus technique du projet puisqu’elle fait à appel à des technologies et à des langages de développement parfois complexes voire incompréhensibles par nos clients. Cette phase est aussi une phase extrêmement rigoureuse puisqu’elle s’appuie sur les besoins fonctionnels exprimés lors des phases de cadrage et de conception. Et qu’on se le dise, PHP, JS, Jquery, HTML5, CSS3, responsive, media queries, fonctions php… pour un non initié, ces termes peuvent parfois paraître incroyablement complexes !

Recettage

Assez souvent lorsque nous présentons à nos clients notre méthodologie de conduite de projet, ils nous demandent ce qu’est le « recettage ». Traduisons-le par un terme plus accessible : le debbugage. Cette phase est une phase finale de test qui précède la mise en production de l’applicatif. Avec toute la rigueur et la volonté du monde, un dev n’est jamais à l’abri d’une erreur de code qui empêche le démarrage d’une fonctionnalité voire paralyse tout un pan du site. Qu’on ne s’y trompe pas, cette phase est une phase qui intervient pendant et à la toute fin de la phase de production.

Livraison

C’est la mise en ligne du projet. Cette étape est cruciale certes mais elle constitue l’issue logique d’un projet. C’est une étape agréable car elle permet de clôturer la partie développement d’un projet. Toutefois, ce n’est pas obligatoirement l’étape finale.

Maintenance

Il existe deux types de maintenance, du moins les plus répandues : la maintenance corrective et évolutive. En fonction de la nature et des besoins exprimés en cours de projet il est normal de vouloir apporter des modifications au cahier des charges initial. Les idées évoluent et les logiques de marché avec elles. Un besoin exprimé à un instant T est forcément voué à évoluer. L’agilité permet de mieux itérer et de répondre de manière plus juste à un besoin.

Agilité : accepter le changement et itérer

Démarrer un projet web c’est accepter quelques règles de départ : deadlines, points, validation, délais, choix. Pour autant, même si des décisions doivent être prises pour que le projet puisse se terminer, il est normal qu’un client puisse revenir sur certains de ses choix. Il est par exemple possible qu’en cours de développement, le client ou l’agence se rende compte qu’une fonctionnalité du projet est plus gourmande que prévu en temps de développement et pas réellement nécessaire voire inutile. De la même manière, il est possible aussi qu’une fonctionnalité plutôt importante ait pu être oubliée lors du cadrage et de la rédaction du cahier des charges. Cela peut poser des problèmes en termes de délais mais il faut l’accepter.Voici ce que nous mettons en place lors de nos projets pour travailler en souplesse et en agilité.

Moins de livrables, plus de communication

Trop de livrables peuvent tuer un projet. Nous avons pu nous apercevoir que les projets avec le plus de livrables étaient les projets les plus lents et les moins souples. Par exemple, pour la réalisation d’un site e-commerce, établir un document avec une liste de fonctionnalités trop précise peut poser de vraies difficultés. Nous préférons faire plus de points avec nos clients, échanger avec eux et essayer de déterminer avec eux les priorités en fonction du projet mais aussi de leur secteur.

Raccourcir les délais

Les délais c’est certainement la plus grande source d’angoisses d’un projet. Nous préférons l’efficacité et pour cela nous avons décidé d’avoir dans nos projets des milestones courtes et des délais raccourcis. Pourquoi ? Parce que nous nous sommes rendus compte que lorsqu’un délai est court, la motivation est toujours plus importante côté client comme côté agence.

Mieux impliquer le client

Une des erreurs dans un projet web est le manque d’implication. Moins impliqué, un client ne sera pas en mesure d’être réactif et de fournir ce qu’il faut pour clôturer un projet. Dès le kick-off projet, il est nécessaire d’impliquer le client et de lui demander de jouer le jeu à fond pour le bien de son projet. Mieux impliquer un client implique de lui expliquer les choses, de parfois vulgariser certains aspects techniques ; c’est aussi des échanges de mails et des demandes de points afin de voir où en est le projet. Enfin, mieux impliquer le client, cela signifie aussi lui faire confiance et ne pas hésiter à lui demander son avis sur un grand nombre d’aspects du projet.

Vous en savez désormais un peu plus sur notre vision de la conduite de projets web et sur ce que nous mettons derrière pratiques collaboratives et co-création. Et vous, comment voyez-vous le déroulement d’un projet web ?

Categories: Projets
Partager cet article: